Aston Martin V8 Vantage N420, du bluff…mais de chez Aston

Un hommage. Voilà le pretexte favori des constructeurs sportifs pour sortir des séries spéciales. Aston Martin n’échappe pas à la règle : la N420 est supposée rendre hommage aux victoires de l’Aston N24 sur le circuit du Nurburgring.

Cette série spéciale est limitée à 420 exemplaires en coupé et autant en roadster. Elle se distingue assez peu du modèle de série, notamment au niveau motorisation : le V8 développe 426 CV à 7300 T/min. Un beau moteur, dont le passage de 4.2 à 4.7 a considérablement amélioré le couple à bas régime. Moins creux, il aime également être cravaché.

La N420 n’est donc pas plus puissante, et revendique une baisse de poids très limitée : à peine 26 kg de moins que la version « normale », ce qui ne se traduit pas réellement par une amélioration des performances, qui restent correctes : 290 Km/h en pointe et 4,9 s sur le 0 à 100 Km/h. Elle ne peut en aucun cas être comparée aux pistardes italiennes Scuderia, Supperleggera ou autre allemandes de type GT3 RS.

Même la présentation est faiblement personnalisée : quelques plaques spécifiques par ci pa là, des jantes spécifiques, et le tour est joué. Dans ces conditions, difficile de justifier les 12 K€ d’écart avec une Vantage classique.

Et pourtant  : comme chaque Aston, elle dégage toujours une aura particulière, une certaine classe. J’ai lu dans un article d’un magazine la citation d’un amateur éclairé de voitures de sport. Il déclarait « on pardonne tout à une anglaise, et rien à une allemande ». Je trouve la maxime extrêmement juste : quand on parle d’une anglaise ou d’une italienne, on ne peut pas être objectif…

Articles en rapport :