Audi A3 clubsport, l’avenir du TDI ??

Puisque la semaine s’annonce sous le signe d’Audi, autant poursuivre la série de posts avec la marque aux anneaux.

Audi a présenté une étude sur la base de la nouvelle A3 en vue de travailler, encore, l’image « sportive » du diesel. Après la R8 V12 TDI, la marque persiste dans sa stratégie de communication sur le dynamisme du diesel.

L’A3 clubsport est une A3 TDI qui présente une carrosserie typée DTM, très exhubérante. Prises d’air gigantesque, peinture flashy, décalcomanies, jantes de 20 pouces (voire 21 ?), baquets de compétition, intérieur inspiré de la R8  TDI(volants, boîte de vitesse, sièges,…). Une A3 bodybuildée, qui annonce la couleur, aux antipodes des standards habituels de classico-chic propres à Audi.

Cette A3 arbore déjà les feux à leds du restyling prochain (en Juin) de toute la gamme, mais est surtout le prétexte à une extrapolation des moteurs 2.0 TDI. Ce dernier se voit doté d’un gros turbo, pour cracher 224 cv et 450 Nm. Grâce à la transmission quattro, la voiture serait capable d’un 0 à 100 Km/h en 6.6 s , pour une vitesse de pointe de 240 Km/h.

Encore, une fois, des performances objectives ne sont pas le reflet d’un vray dynamisme sportif, et il ne suffit pas d’accélérer fort pour être plaisante. Mais si pour le vulgus pecum, les chiffres suffisent à faire rêver, ce n’est pas mon cas…

Un élément plaide en sa faveur, même si son arrivée en série est très peu probable : des disques de freins en carbure de silicium et fibre de carbone qui préfigurent une seconde génération de freinage au carbone.

En synthèse, le côté outrancier de la carrosserie, l’argument sportif borné à des artifices aérodynamiques ou marketing font au final que je n’apprécie pas vraiment le concept. Dommage.

Articles en rapport :