Audi R8 GT, l’anti GT3…et Gallardo !

Audi, en lançant sa R8, a changé de dimension. La marque est passée spontanément de constructeur premium à constructeur de voitures de sport. Jusqu’à présent, les modèles type S ou RS étaient effectivement puissants, mais pas nécessairement sportifs, et aucun d’entre eux ne pouvaient prétendre chasser sur les terres d’une vrai sportive.

Or la R8 V8 a tout de suite été saluée par les critiques, les conducteurs et les néophytes, comme une alternative crédible au mythe 911…Respect ! Mais cette V8 de 420 cv restait toujours politiquement correcte, et très éloignée de la puissance développée par les Lamborghini, qui appartiennent à Audi.

La version V10 de 525 CV était déjà moins policée, et taquinait les 560 CV de la Gallardo, allant jusqu’à utiliser son moteur…mais l’honneur était sauf pour les italiens. Et puis, Audi a décidé de sortir un modèle exclusif de sa R8 V10, sorte de GT3, Scuderia ou Superleggera à l’allemande. Ainsi est née la R8 GT.

Allégée de 100 KG, motorisée par le V10 de 560 CV, soit exactement la puissance de la Lamborghini, cette GT affiche des performances complètement similaires : 0 à 100Km/h en 3.6s, 320 Km/h de vitesse de pointe, et un 1000 M départ arrêté qui doit être atomisé en à peine plus de 21s. Des performances qui font immédiatement penser qu’Audi ne devrait pas trop rapprocher les modèles, de peur de se cannibaliser.

En réalité, malgré la proximité des modèles, il y a fort à parier que la R8 GT sera toujours moins sauvage que la lamborghini au niveau des sensations moteurs. Et si en terme de dynamisme on peut penser que les deux modèles seront assez proches, la R8 GT sera tout de même et naturellement plus orientée confort que l’italienne. Enfin, n’oublions pas que la comparaison se fait ici avec la version « normale » de la Gallardo, et pas avec l’extrémiste Superleggera, qui, elle, devrait mettre tout le monde d’accord question performances et comportement.

Au final, cette R8 GT est très désirable, car très performante, exclusive (uniquement 333 exemplaires commercialisés), mais elle ne dégage malgré tout pas le charisme d’une italienne, et s’affiche à un tarif supérieur à celui d’une Lamborghini. Je sais que c’est strictement subjectif, mais le jour où je peux mettre 193 000€ dans un caprice sur 4 roues, il y a fort à parier que ce soit un taureau, ou un cheval, qui orne la calandre, et pas 4 anneaux.

Articles en rapport :

Un commentaire

  • 1
    mai 12, 2010 - 12:39 | Permalien

    Bonne continuation