BMW Série 6 Cabriolet, une ligne à couper le souffle

La nouvelle Série 6 n’est pas encore commercialisée que déjà les déclinaisons nous sont dévoilées. Après le coupé, déjà fort réussi, la version décapotable a été présentée au salon de Los Angeles. Normal, surtour avec les ambitions de BMW outre atlantique avec ce genre de modèle.

La série 6 reprend d’abord tous les éléments stylistiques du coupé, avec une face avant expressive, très agressive, et largement différente de l’ancienne « 6 ». Les courbes sont plus tendues, plus nerveuses, et moins torturées qu’auparavant. On croit déceler quelques éléments de la série 5, déjà très réussie pour une berline, mais les versions coupés, et cabriolet, les subliment littéralement.

L’intérieur est à l’avenant, avec du cuir à profusion, du chrome, et un ergonomie parfaite, comme toujours chez BMW. La qualité de fabrication semble somptueuse, et vise clairement l’A7 de l’ennemi Audi, encore plus que les « E » de chez Mercedes, même si le dessin des sièges rappelle parfois ceux du constructeur à l’étoile.

Question motorisation, la joie est toujours présente. Les moteurs sont les plus modernes disponibles à l’heure actuelle : l’entrée de gamme avec le 6 cylindres 3.0 turbocompressé propose 324 cv, le v8 4.4 sera également de la partie avec ses 400 CV et 610 Nm de couple. Si le V10 disparaît, écologie oblige, une déclinaison M6 devrait malgré tout officier avec le V8 biturbo des X5 et X6M…Un excellent lot de consolation 🙂

Cette série 6 cabriolet s’affirme donc comme une excellente 4 places, extrêmement bien réalisée, performante, et surtout parfaitement équilibrée car elle offre tout : les sensations, l’équipement, le look et l’habitabilité. Un must, assurément.

Articles en rapport :

3 Commentaires

  • 1
    décembre 17, 2010 - 6:29 | Permalien

    Pas encore commercialisé que je l’attend déjà cette voiture…!!!!

  • 2
    janvier 5, 2011 - 4:36 | Permalien

    bon article, bonnes photos, à noter cependant l’étroiteté des sièges arrières et un réservoir plutôt petit pour une grosse consommation…

  • 3
    janvier 9, 2011 - 10:39 | Permalien

    Ce n’est pas faux, l’habitabilité n’a pas l’air transcendante.
    Mais quelle ligne !