BMW X6, l’archétype du crossover

En ce moment, force est de constater que nous parlons de plus en plus de 4X4…malgré les contraintes environnementales, malgré la pression du bonus malus, les constructeurs ne sont pas découragés. et c’est normal, car si nous pauvres français, belges ou autres portugais devront payer des taxes hallucinantes, toujours plus importantes en plus du coût du carburant, ce n’est pas le cas de bien d’autres pays dans le monde, toujours friands de monstres lourds, puissants et gloutons. Vive la mondialisation !
Voici donc les derniers éléments sur le dernier 4X4 BMW, le X6.

Cette nouveauté se définit avant tout comme étant un nouveau segment de niche, le premier représentant des Sports Activity Coupé…une belle invention pour qualifier normalement une hérésie. Imaginez en effet un X5 auquel vous rabotez la ligne de toit, vous augmentez la ceinture de caisse surtout à l’arrière, et vous supprimez la banquette pour ne mettre que deux sièges à l’arrière. Le résultat, c’est un un gros 4X4 plus court, plus large, toujours aussi encombrant qu’un X5, mais moins habitable, avec une visibilité arrière quasi-nulle, et encore plus cher : le X6.

Quel intérêt donc à acheter ce bestiau ? Les gens de BMW sont-ils en train de faire la même erreur que les génies qui ont créé le coupéspace, l’Avantime, qui reste un des plus beaux flops de l’histoire de Renault ?

Pas vraiment, car les intérêts du X6 sont beaucoup plus nombreux.

D’abord, cet engin dégage une présente impressionnante quand on est à proximité. Le look est ravageur, avec un zest de finesse par rapport au X5 qui passerait presque pour une armoire normande à côté. Son côté bête fauve, ramassée est perceptible, et malgré la taille on se plait à lui concéder une certaine finesse de trait…mais il faut chercher.

Surtout, BMW ne s’est pas contenté de proposer une version « coupé » du X5, mais une vraie optimisation de l’engin, notamment au niveau de la suspension. Le XDrive bien connu chez BMW évolue pour intégrer maintenant un dispositif dénommé Dynamic Performance Control dont l’objet est de répartir en temps réel le couple sur les roues d’un même essieu. Sans parler technique, le principal intérêt de cette nouvelle suspension réside à la fois dans une motricité sans faille, et dans la capacité à annihiler tout mouvement de caisse. Le X5, pourtant impressionnant dans ce domaine, est surpassé, et pour une fois on peut vraiment dire qu’un 4X4 vire à plat, presque comme une sportive.

Alors bien sûr, ce n’est pas une Elise, et il faut tracter les 2.2 tonnes, mais dans l’ensemble le comportement est réellement plaisant, sportif, et très sécurisant. Une vraie démonstration, d’autant que le confort n’est pas sacrifié pour autant.

Le panel de moteur proposé est large, uniquement en V6 ou V8. Le X6 propose donc les inévitables 3.0D de 235 cv, 3.0 D Biturbo de 286 CV et le 3.0 essence biturbo de 306 CV. Mais il étrenne également un V8 double turbo et injection directe de 407 CV et 600 Nm de 1750 à 4500 T/min. Ainsi motorité, le X6 atteindrait 250 Km/h (bridé électroniquement) et surtout mettrait 5.4 s de 0 à 100 Km/h, le tout pour une consommation moyenne de 12.5 L au 100, et 299 g de CO2/km.

Au final et contre toute attente, on pourrait se laisser tenter par un tel monstre. L’exclusivité est bien présente, même si on aurait aimé plus de différence à l’intérieur avec le X5, et le X6 propose un tel agrément qu’il mérite de représenter le top de la gamme X chez BMW. En plus, malgré son poids pachydermique, il parvient à respecter la norme Euro V.

Seul écueil, son prix qui débute à 64 700€ en 3.0 D pour s’envoler à 89 750€ en 5.0I. Pas donné donc…

Articles en rapport :

2 Commentaires

  • 1
    juillet 14, 2010 - 9:39 | Permalien

    qDkafv pxexcybdgeai, [url=http://vardmsmvxrbf.com/]vardmsmvxrbf[/url], [link=http://causrbgplupp.com/]causrbgplupp[/link], http://yxjzgljaqmuz.com/

  • 2
    décembre 26, 2011 - 10:37 | Permalien

    J4AIMES SES VOITURES