Cher Père Noel, ci-joint ma liste : un Porsche Cayman S PDK 2013

Depuis toujours, j’aime le Cayman. Les coupés ont toujours eu ma préférence versus les cabriolets ou roadsters, et la déclinaison avec toit en dur du Boxster est sur ma liste au Père Noel depuis son lancement.

La nouvelle mouture présentée au salon de Los Angeles a largement de quoi séduire les afficionados de la marque…et les autres ! Le design est en effet particulièrement réussi : ramassée, mais plus élancée que l’ancien modèle, posée sur des jantes larges, avec les feux de la 911 mais l’arrière si original du Boxster, ce Cayman est une franche réussite, et s’affiche aussi désirable que sa grande soeur 911.

Comme d’habitude, on se demande si Porsche n’est pas allé trop loin avec ce Cayman : avec son architecture en position centrale arrière, son comportement est idéal, ses masses parfaitement réparties, la motricité est totale. Si on rajoute que le freinage est à la hauteur des standards de la marque, et que la puissance du Cayman S culmine à 325 CV, à quelques encablures à peine de la reine 911, oui, on peut le dire Porsche a encore frappé fort. Surtout que pour une fois, les prix (hors option malheureusement..) ne se sont pas envolés par rapport à l’ancien modèle : de 53 K€ pour la version Cayman à boîte manuelle à 68K€ pour la version S à boîte PDK. 4 déclinaisons sont donc disponibles, suivant que vous optiez pour la boîte manuelle ou la PDK, et que vous choisissiez pour les 275 cv du 6 cylindres 2.7 ou les 325 CV du 3.4.

Bien évidemment, le « vrai » Cayman reste la version S, même si la version normale est déjà plaisante, car avec 325 cv et un couple maxi de 370 Nm à 7400 t/min, ce bloc catapulte le Cayman à 285 Km/h, et lui permet d’afficher un 0 à 100 Km/h en 4,8 s (en PDK). Une petite bombe donc, efficace, sublime à regarder, transcendate à piloter.

Du bonheur en barre, avec la marque Porsche et ses qualités intrinsèques, et le tout plus accessible qu’une 911. Que demander d’autre ?

Ah, oui, que le gouvernement arrête de prendre les amateurs d’automobiles pour des vaches à lait avec des bonus confiscatoires. Qu’il arrête de nous mentir sur l’utilisation de ces fonds, qui ne servent jamais à soutenir réellement ni sécurité routière ni innovation pour limiter la consommation ou les émissions.  Il faut maintenant payer un malus de 6000 euros, oui, 6000 euros, pour s’offrir un Cayman S, soit 9 % du prix catalogue. Ce genre de pratique porte un nom : du vol pur et simple.

Articles en rapport :

Un commentaire

  • 1
    Yoann
    août 26, 2014 - 8:28 | Permalien

    L’on ne le voit peut-être pas au premier coup d’œil, mais cette Cayman est effectivement plus élancée que la version précédente. Porsche a, encore une fois, réalisé une vraie merveille !