Ferrari 599 GTO, le mythe ressuscité

GTO. Un sigle mythique qui fait rêver tout amateur de Ferrari. Il signifie Gran Turismo Omologato, et ne s’apose que sur certains modèles, forcément exceptionnel.

Ferrari a don décidé de donner une descendance à la dernière des GTO, la 288 GTO qui a hanté mes rêves dans les années 80. Cette extrapolation de la 328, dopée par un V8 Biturbo, était une performeuse exceptionnelle, et magnifiait literralement la ligne lancée par les 308.

La nouvelle GTO se différencie de son illustre aînée par le fait qu’il ne s’agit pas d’un nouveau modèle : la nouvelle GTO est en fait une 599 GTB, du moins en terme de look. Car le reste en est très différent. La base technique est en fait celle de la 599 XX, le fameux programme de course proposé par Ferrari, permettant à de doux dingues passionnés de la marque de participer directement aux évolutions techniques de la marque en tournant sur circuit avec un modèle de course. Et il semble qu’in fine, le programme XX a acouché de la 599 GTO.

Motorisée par un V12 de 670 CV à 8250 T/min et 620 Nm, et pesant à peine 1450 kg, une vraie prouesse pour un engin de cette taille, la 599 GTO s’annonce comme la Ferrari la plus performante jamais construite. Les chiffres ne sont pas encore vérifiés, mais certains annoncent 350 Km/h de vitesse de pointe, et un 0 à 100 Km/h en 3.3 S. La boîte de vitesse superfast passe les vitesses en moins de 60 Ms, et la suspension magnétique de dernière génération offrirait un feeling de conduite proche de la perfection. La GTO s’annonce comme un condensé de la maîtrise Ferrari, et ce dans tous les domaines : aérodynamique, freinage, moteur, précision de conduite, motricité,etc..

Alors certes, elle ressemble énormément à une 599, malgré les rétros en carbone, et les appendices aérodynamiques divers et variés. Mais elle possède un sigle magique, un mantra qui en effet avant toute sortie officielle un des plus extraordinaire engin à posséder. Une GTO.

C’est pourquoi tous les exemplaires sont déjà vendus, à un prix inconnu, probablement à la majorité des heureux participants au programme XX.

Articles en rapport :