Ferrari, Aston Martin et Bentley pour 17500€ annuels

Beaucoup de monde rêve de rouler dans une voiture d’exception. Posséder une Ferrari, une Porsche ou une Aston Martin reste pourtant souvent du domaine du fantasme. D’abord et surtout à cause du prix bien sûr, mais également à cause des contraintes liées à ce genre de véhicule : entretien, peur du vol, utilisation très épisodique,…

Bref, disposer à sa guide d’une GT d’exception n’est pas aussi facile que ça !

Aussi, sur le modèle de sharing club existant déjà outre manche, des sociétés proposent aujourd’hui en France de profiter de ces belles autos pour un abonnement annuel de 17 500€. C’est par exemple le prix chez http://www.toys-club.fr dont Alain Prost est actionnaire. Pour ce prix, vous disposez de 1000 points pour bloquer des jours d’utilisations (de 10 à 30 environ selon les véhicules et les dates d’utilisations, unn week-end coutant plus cher qu’en semaine).  Le parc à disposition est grandiose: Ferrari F 599 GTB et F430 Scuderia, Aston Martin DB9 et V8, Porsche Cayenne Turbo et GT3, Lamborghini Gallardo, Audi R8…Le cheptel est varié et positionné premium !

Ferrari F 599 GTB

Au final, le concept est plutôt bien pensé, sachant qu’il faut ensuite savoir gérer les conflits de planning entre clients probablement capricieux car habitués à être considérés comme exceptionnels. Ce genre de club se veut plutôt fédérer des gentlemen, mais franchement pour 17500€ annuels, ce genre de concept pourrait aussi attirer des cadres CSP+ qui, sans être millionnaire, pourraient consacrer ces budgets pour se faire plaisir tout au long de l’année.

aston martin dbs

Un dernier élément : le modèle économique de ce genre de business. 

Avec une dizaine de voitures d’exception à financer en LLD (pas d’achats en cash, trop coûteux en terme de trésorerie…), j’ai estimé les coûts totaux mensuels à environ 100 000€ hors coûts salariaux, ce qui signifie qu’avec une trentaine de clients la société doit parvenir à l’équilibre. Finalement, ça pourrait donc marcher, sous réserve de limiter la déperdition des clients d’une année sur l’autre.

Ce dernier point n’est pas gagné, car finalement, en payant 175€ le point, et en devant utiliser de 20 à 50 points par jours de location, on peut se demander s’il ne vaut tout simplement pas passer par quelques loueurs très haut de gamme, sans sortir 17500€ de trésorerie.
Evidemment, c’est le raisonnement d’un salarié, et non d’un magnat ou autre tycoon 🙂

Articles en rapport :

4 Commentaires

  • 1
    avril 22, 2008 - 9:22 | Permalien

    Quand on aime on ne compte pas..

  • 2
    avril 22, 2008 - 9:42 | Permalien

    C’est pas faux…mais tout de même, ce concept permet d’éviter un achat souvent peu rentable sauf exception, et offre le loisir de conduire un garage entier de GT pour une somme correcte.

  • 3
    avril 22, 2008 - 10:00 | Permalien

    Allez jeter un oeil sur les voitures que nous proposons en location…

  • 4
    avril 28, 2008 - 9:14 | Permalien

    Guillaume, en effet cela n’est pas AVIS 😉