Ferrari California 2012, la bonne mesure

La California occupe une place à part dans lna gamme Ferrari. C’est le premier coupé cabriolet de la marque, 4 places, avec une plastique qui a largement fait débat depuis son lancement, notamment avec ses pots d’échappements superposés ou son facies relativement éloigné du dessin habituel de la marque.

Pourtant, la California est bien une Ferrari. D’abord, elle est un vrai succès commercial, comme souvent dans la marque ! Ensuite, malgré son image de coupé dédié au cruising, plutôt familial, elle proposait tout de même un V8 de 460 Cv et une boîte de vitesse robotisée magique, baptisée zérolift qui procure un agrément exceptionnel.

Et comme les Ferrari ne s’endorment pas sur leurs lauriers, la version 2012 enfonce le clou : le V8 passe à 490 CV, tandis que la caisse est allégée de 30Kg. Bel effort ! En parallèle, un nouveau pack baptisé Handling GTC, comme celui qu’on pouvait prendre sur la 599 GTB, offre un nouveau système de suspension magnétique, comme sur les Corvettes, mais apparemment plus rapide.

Bref, cette California a su s’imposer dans la gamme comme une vraie alternative aux supersportives et aux GT surpuissantes. Elle distille autant de plaisir de conduire, autant de plaisir sonore, et propose des performances de tout premier niveau, comme une vrai Ferrari. Cette version 2012 renforce son statut, et la rend encore plus désirable pour tout ferrariste qui souhaite rouler différent. A ce titre, elle est finalement plus proche de la FF qu’on ne l’imagine, du moins en terme de proposition de valeur pour les automobilistes passionnés.

 

Articles en rapport :