Jaguar XJ, la rupture à tous les niveaux

Je suis fan de Ian Callum. Ce designer de génie a dessiné de nombreuses voitures splendides, dont les Aston Martin DB7 et Vanquish. Maintenant que Jaguar lui a confié les rennes de ses évolutions stylistiques, la marque évolue considérablement. Après la surprenante XF, et la XK/XKR réellement réussie, la version XJ est apparue. Porte-drapeau (ou porte-avion…) de la flotte Jaguar, la XJ a toujours maintenu un lien avec le passé de Jaguar, tout en essayant d’apporter du modernisme. J’avais surtout noté la carrosserie en aluminium des dernières XJ, qui la rendait très légère, pour une limousine bien sûr, ainsi que le preier GPS avec écran tactile.

Mais la dernière XJ va bien au delà : le design marque clairement une rupture avec l’ancienne. La calandre, les feux, la malle arrière…il n’y a pas beaucoup de signes repris de l’ancienne version ! Et pourtant, la filiation avec Jaguar est bien présente. La classe de l’engin, son charisme et pour être clair un style entre ostentention et nonchalance la rendent vraiment séduisante.

Et quand on rentre à l’intérieur, c’est le choc. On est passé de la ronce de noyer à une débauche d’équipements high tech : GPS, design techno futuriste, couleurs bleutées,…C’est aux antipodes de Jaguar, normalement très conservateur. Et quand on voit les compteurs numériques s’animer au démarrage, c’est hystérique comme sensation. Par ailleurs, la voiture se veut écoresponsable, moins polluante à la construction, et recyclable à 85%. Alors, franchement, je suis fan.

Bref, la XJ, c’est un peu Avatar pour l’automobile : c’est bien en vidéo (la 2D), mais en vrai (la 3D), ça doit vraiment représenter le futur de la limousine 🙂

Articles en rapport :