Lamborghini Gallardo LP 560-4, la quête de l’absolue

La Lamborghini Gallardo a toujours été une machine d’exception. Née avec près de 500cv, un moteur V10 et donc une architecture relativement confidentielle et des performances stratosphériques, elle n’a jamais été une sous-Lamborghini. Mais on lui a peut-être reprochée au départ d’être trop « sérieuse ». Avec sa transmission intégrale, et un caractère moins affirmée que ses illustres ainées, la petite Lamborghini née sous le règne d’Audi a eu besoin de quelques moins pour faire taire les critiques, le temps de démontrer toutes ses qualités : équilibre, facilité de conduite, dynamisme, look qui fait chavirer les coeurs,…

Mais Lamborghini n’a pas oublié cette petite période de flottement, et depuis, la marque ne s’est pas relâchée : la Gallardo n’a cessé de monter en puissance : amélioration de la boîte robotisée E-Gear, lancement de la Superleggera, programme de personnalisation de plus en plus poussé…

A tel point que j’ai vraiment cru que la SuperLeggera était l’évolution ultime du modèle, et que c’était elle qui devait se frotter aux supersports comme la Porsche GT3 ou la F430 Scudéria.

Mais Lamborghini a probablement voulu frapper fort, et très très fort, avec cette nouvelle LP 560-4.

Lamborghini Gallardo blanche

Ce modèle se caractérise avant tout par une augmentation sensible de la puissance du V10, qui développe maintenant 560 cv à 6500 T/min soit un rendement de 108 cv/l. Respect.

Le fonctionnement de la boîte robotisée aurait également été revu profondemment en vue de répondre aux temps de passage millimétrés de la Ferrari. Ce point reste à vérifier, car Ferrari dispose d’une expérience supplémentaire en terme de boîte robotisée, et Lamborghini n’a encore jamais proposé de système aussi efficace que celui de Ferrari.

La LP 560 serait donc capable d’abattre le 1000 M départ arrêté en moins de 22s, d’exploser le 0 à 100 en 3.7s, et de flirter avec les 325Km/h…Un avion de chasse donc.

Lamborghini Gallardo LP540

Et en plus, ça tombe bien, c’est exactement de ça qu’elle a l’air : le profil plutôt consensuel de la première Gallardo a été considérablement « bestialisé ». Le nez rappelle celui de la Reventon, et des feux à LEDs font leur apparition dans les optiques, tout comme chez Audi. L’arrière reçoit un gros diffuseur, et les pots d’échappement sont doublés, et leur diamètre augmenté. Une grille est également rajoutée, que je trouve pour ma part superflue, mais elle renforce le côté course de l’engin.

Lamborghini galardo lp540

Les jantes des photos ne sont pas les plus réussies selon moi, et trop voyantes, mais ceci reste un détail. La LP560-4 est une formidable mutation. La Gallardo conçue sous l’ère Audi était exceptionnelle à tout point de vue, mais il lui manquait ce petit soupçon d’âme qu’avait su conserver la Murcielago. Et il semble que l’esprit Lamborghini habite réellement cette Gallardo là !

Lamborghini Gallardo lp560 Lamborghini Gallardo lp560 Lamborghini Gallardo moteur Lamborghini gallardo intérieur 1
Lamborghini Gallardo lp560 intérieur

Articles en rapport :

4 Commentaires

  • 1
    avril 14, 2008 - 10:01 | Permalien

    Un véritable avion de chasse cette voiture! Le blanc lui va à ravir aussi…

  • 2
    christophe
    avril 14, 2008 - 11:34 | Permalien

    Le blanc reste à la mode dans les voitures hypoersport… et en général dans le monde automobile.

    Attention tout de même aux mariages avec les selleries : j’ai vu un TT Blanc Ibis Nacré (somptueux…) mais avec un intérieur cuir rouge magma, et là par contre, ça fait carrément vulgaire je trouve…

  • 3
    avril 14, 2008 - 7:06 | Permalien

    Le blanc est à la mode…il y à deux ans en arrière tous les véhicules que nous proposions à la vente en blanc valaient entre 2000 et 3000 Euros moins chers que les autres…Nous sommes de vrais moutons de Panurge!

  • 4
    mai 26, 2008 - 6:14 | Permalien

    En noir mat elle est encore plus belle que le blanc cassé.