Light is right…

Porsche présente sa GT2, Aston Martin a déjà lancé la DBS et Lamborghini s’est aussi lancé dans la course avec sa Gallardo Superleggera.

porsche GT2

Ferrari, au-delà de la 430 Scuderia, lance un programme spécifique avec pour objectif majeur la réduction du poids de ses bolides, et une remplaçante de l’Enzo à moins de 1000 kg ( !).

La course à la puissance atteint-elle ses limites ? Ou est-ce qu’enfin les constructeurs prennent conscience des méfaits du poids et de la nécessité de chasser les kgs superflus ?

D’abord, et avant tout, on ne peut pas dire que Porsche et Ferrari proposent des véhicules « lourds ». Quels que soient les modèles de leur gamme, le poids reste contenu (Cayenne non compris bien sûr J). En revanche, la tendance est perceptible chez Aston, pour qui l’effort est plus récent (mais reste modéré compte-tenu d’un positionnement plus GT…) ainsi que chez Lamborghini qui proposait surtout une inflation de la puissance et du couple.La hausse du poids des véhicules a été imposée par les contraintes de sécurité (active et passive, pour les conducteurs et les piétons), mais aussi par le développement des équipements demandés par les consommateurs. Cette hausse était jusqu’à présent compensée effectivement par la hausse de la puissance, et les motoristes parvenaient malgré tout à limiter la consommation en améliorant les performances pour masquer ce surpoids, du moins chez les plus doués. Mais, quand on regarde les contraintes imposées aux pneus, au système de freinage, à l’amortissement dans le cas de la Bugatti Veyron (1001 cv …), on peut raisonnablement penser que le monde de la performance automobile est arrivé au bout du modèle inflationniste, et que le retour en force de la légèreté, à la source du sport automobile, est avéré. Aussi, louons les efforts des constructeurs sportifs qui investissent fortement (en effet, moins c’est lourd, et plus c’est cher J) pour notre plaisir de conduite. Une ligne directrice depuis longtemps suivie par Lotus et quelques hérétiques (Ariel Atom par exemple).

Gallardo Superleggera

En espérant que les constructeurs généralistes rentrent aussi dans cette phase, car l’optimisation des moteurs (avec l’injection directe, le dowsizing de la cylindrée, les systèmes stop & go) atteint ses limites. Et que la seule façon de limiter la consommation et les émissions de CO2 court terme, en attendant l’hybride voire l’hydrogène et/ou la pile à combustible, reste la maîtrise du poids. Un facteur majeur également dans le plaisir de conduire, ce qui n’est pas pour nous déplaire!

Articles en rapport :

2 Commentaires

  • 1
    avril 29, 2010 - 4:42 | Permalien

    buy viagra
    buy cialis
    buy levitra

  • 2
    juillet 15, 2010 - 5:08 | Permalien

    MemBroottebib
    adipex success stories
    Beerveshy
    allergic to ambien is lunesta safe
    exitrernano
    lorazepam overdose
    Neurosque