MacLaren P1, la sportive ultime ?

Le salon de paris 2012 a donc réservé de bien belles suprises cette année, à commencer par une des plus marquantes, la McLaren P1. Après la sortie récente de la MP4-12C Spider, McLaren frappe donc un joli coup avec la présentation de sa supercar qui sortira, normalement, en fin d’année prochaine.

Cette nouvelle McLaren reprendrait en partie le chassis de la MPA 12C tout carbone, ce qui peut aussi expliquer le design quasi filial avec la MP4 12 C. Pour autant, cette P1 est plus agressive encore, malgré des formes moins anguleuse. Cette impression de puissance provient beaucoup de l’arrière avec son énorme extracteur et ses éléments aérodynamiques. Ceux qui reprochaient à la MP4-12C d’être un peu fade côté design devraient être rassurés avec ce concept, tant McLaren a tenté de rendre son dessin fluide, dessiné en soufflerie, mais exprimant aussi la performance et la vitesse.

Conçue comme une voiture de course, l’objectif de McLaren est de construire la voiture la plus excitante à conduite sur circuit et sur route. L’idée n’est pas d’attaquer la Veyron et sa puissance pure, mais la future supercar de Ferrari, remplaçante de l’Enzo. Aussi la marque table sur un poids très contenu (on parle de 1300 Kg à sec pour l’instant grâce à l’emploi massif de carbone) et une puissance élevée : on parle de 800 cv au moins, et les rumeurs sur la motorisation oscillent entre un V8 double turbo essence, avec ou sans moteurs électriques pour s’accorder à la mode de l’hybride. Mais surtout, c’est le chassis, le feeling de conduite, le freinage qui sont particulièrement choyés par les développeurs. Il semble que l’engin bénéficierait du système KERS de récupération de l’énergie au freinage, un système issu de la F1, et qui a aussi été annoncé sur la prochaine Ferrari. La cible est claire, d’autant que P1 fait référence à Position One, la F1  qui tient la tête de la course…

In fine, cette voiture permet de montrer tout le savoir faire technologique de McLaren. Et si la MP4 12 C étalait déjà ses qualités, il lui reste à se forger une âme. Car malgré toutes leurs qualités, et je suis le premier à les reconnaître, la McLaren ne dégage pas autant d’émotions qu’une Ferrari, pourtant tout aussi chirurgicale en terme de précision de conduite.

Vivement les caractéristiques techniques et les essais à venir.

 

Articles en rapport :

Un commentaire

  • 1
    octobre 16, 2012 - 4:58 | Permalien

    +1. Même avec une puissance inférieure, une Ferrari aura toujours plus de personnalité et de caractère sur la route qu’une MacLaren. C’est étrange d’ailleurs…