Maserati Gran Turismo S, enfin la vraie Maserati GT

Les coupés et cabriolet Maserati, à savoir les 3200 GT, coupé ou Spider, ont été des succès. Leur ligne avait une part effective dans leur potentiel de séduction, mais plus que tout, c’est les motorisations, et notamment les versions postérieures au 3200 GT turbocompressées qui ont marqué la gamme : le retour d’un V8 pure atmosphérique, caractériel, rageur et terriblement grisant a clairement relancé Maserati dans la course des voitures très désirables.

La Quattroporte, dans un autre registre, s’est illustrée comme la limousine la plus dynamique à conduire, et lors de la présentation de la Gran Turismo, ce fut le coup de foudre : une ligne somptueuse, le même moteur V8 de 400CV et une finition en progression, bref, une voiture de rêve.


Sauf qu’en réalité, la Gran Turismo, construite sur la plateforme de la Quattroporte, s’est rapidement avérée décevante : boîte automatique uniquement, comportement typé confort et moteur trop aseptisé ont positionné immédiatement la Gran Turismo comme une GT tranquille, plus Jaguar que Porsche. Alors même qu’elle était censée remplacer ces fameux Coupés si agressifs.


Maserati a très vite compris la nécessité de donner une alternative aux puristes, et la Maserati Gran Turismo S, présentée à Genève, est maintenant disponible dans nos contrées.



Le moteur a été porté à 440 CV à 7000 T/ min et 490 Nm de couple à 4750 T/ min. Le caractère de l’engin s’en trouve renforcé, aidé également par une sonorité dantesque apporté par une ligne d’échappement spécifique. La Gran Turismo S atteint ainsi 295 Km/h et tombe le 0 à 100 Km/h en 5S.


Elle pèse toujours lourd, et il ne s’agit pas vraiment d’une version allégée, mais Maserati a revu l’essentiel : les trains roulants, le freinage, et surtout la boîte de vitesse. Empruntée à la Ferrari 599 GTB, cette boîte superfast permet de passer les vitesses en 100 Ms, et offre enfin une réactivité digne d’une sportive. Pour une fois en plus, Maserati n’a pas poussé à outrance les appendices aérodynamiques sur une version Sport, et la ligne de la Gran Turismo est préservée.


Bref, on peut vraiment se demander quel est l’intérêt de conserver la version normale au catalogue. Peux-être pour économiser un peu sur les 130 000€ demandés pour cette version, mais franchement, le surcoût entre la normale et la S se justifie !


Articles en rapport :