Mercedes C 63 AMG Coupé Black Séries, le top du top

D’ordinaire, les constructeurs automobiles étalent le lancement des différentes versions de leurs derniers modèles sur plusieurs années. C’est le cas chez Audi par exemple, qui prend un malin plaisir à attendre la fin de vie de certains modèles pour les badger S, voire RS, comme récemment encore avec la RS3 de 340 cv. Apparemment, Mercedes n’applique pas les mêmes dogmes côté marketing.

Très rapidement après avoir présenté le coupé C 63 AMG, dont j’ai clairement fait l’éloge dans un dernier post, à lire ICI,  AMG propose une déclinaison encore plus sauvage. Comme vous, j’étais sceptique, car la version « de base » est déjà un dragster hors norme en terme de caractère. Et puis j’ai terminé le nom à rallonge de l’engin pour découvrir « black séries », une appellation très spécifique chez AMG qui indique la crème de la crème, le gratin, le top du top.

Et chez AMG, le top du top, c’est d’abord avec la puissance qu’on l’impose : 517 cv, soit finalement 30 CV à peine de plus que la version pack performance de la C 63 coupé. Ne boudons pas malgré tout, le 0 à 100 Km/h est torpillé en 4,2 S. Mais une fois n’est pas coutume, c’est le reste de la préparation qui justifie la black séries : pack circuit avec pneus retaillés, refroidissement du différentiel, aileron ajustable à l’arrière tout en carbone, roues allégées de 11 KG, suppression de la banquette arrière et gain de 20 kg…La transmission reste une automatique, mais tellement bien gérée par l’électronique, et utilisant tellement bien le couple camionesque que le comportement de la voiture n’est pas entravé. A noter qu’il s’agit probablement de la seule boite automatique que j’accepterai d’acheter (et c’est un vrai compliment !).

Sans être une superlight, cette C 63 AMG se pose donc en pistarde, et devrait gagner en précision et en efficacité par rapport au modèle de base. Mais rassurez-vous, vu le pedigree de l’engin, il y a de fortes chances que vous continuiez à faire partir en fumée vos énormes gommes arrière (285/30 ZR19), et à vous amuser à entretenir des dérives tout en savourant les borborygmes du V8. Finalement moins efficaces, c’est sûr, mais tellement jouissif…

Côté look, on peut difficilement faire plus brutal : ailes énormes, diffuseur arrière et gros échappements intégrés aux parechocs, calandre exagérément béante…Bref, AMG n’a pas fait dans la dentelle, mais c’est la philosophie de ce muscle car. A assumer.

Le prix ?  116 000 € tout de même.

PS : je sais, elle s’appelle Black Séries, et les premières photos sont en rouges. Mais vous pouvez l’avoir en noir. Perso, je la prendrai noir mat, quitte à jouer le bad boy jusqu’au bout !

Articles en rapport :