Mini Cooper SD, l’imposture

J’ai toujours aimé Mini : le look, le concept, le buzz et le marketing autour de la marque. J’ai soutenu les multiples dérivés, du dernier Countryman en passant par le futur coupé. Mais là, franchement, je suis obligé de réagir.

Mini n’est pas le premier constructeur à tenter de faire passer un diesel pour une voiture sportive, et à mon avis pas le dernier. Si on prend Volkswagen avec les versions GTD ou Seat avec les versions FR, on trouve des modèles diesel affublés de tous les atours d’une GTI, mais au moins d’un moteur pêchu.

Mini a donc décidé de lancer une version « S »  en diesel. Bon, soit, c’est une niche encore seule. Mais pour celà, elle propose le 2.0 turbo BMW des 118D, donc 143 CV. Il paraît que le couple sera plus élevé, autour de 300 Nm, mais pour bien connaître ce bloc, il n’est pas si étincelant que ça. Il est volontaire, il grimpe bien dans les tours pour un diesel, mais il n’est ni super coupleux (d’où les efforts sur ce point visiblement), ni super silencieux.

On annonce ici 4.4 l au 100, alors qu’avec ma BMW je flirte plutôt avec 6,5 au 100, avec une conduite certes dynamique…

In fine, pour proposer une déclinaison sportive sur la Mini, il me semble que le choix d’une configuration 163, voire 177 cv chez BMW aurait eu du sens. En plus, c’est exactement le même bloc, la même cylindrée, donc pas de contrainte supplémentaire pour l’intégrer dans la Mini.

Alors Mini a t’il vraiment voulu proposer une alternative à la Cooper S comme peut l’être une GTD versus une GTI ? Ou simplement faire du marketing en vendant à prix d’or une version SD 30 cv à peine plus puissance qu’une D simple, et affublée du kit carrosserie d’une Cooper S ? A vous de trancher, mais j’ai mon idée…

Articles en rapport :

Un commentaire

  • 1
    janvier 24, 2011 - 10:39 | Permalien

    Tu roules dynamique toi 😉