Moteur à taux de compression variable, quasi-magique…

Depuis 1997 et les premiers brevets d’un jeune ingénieur,Vianney Rabhi, sur un moteur à explosion à taux de compression variable, beaucoup de progrès ont été réalisés.
Le jeune Vianney est aujourd’hui plus expérimenté, et Directeur d’un programme de recherche appelé MCE-5 dont le seul but dans les 10 dernières années a été de mettre au point cette nouvelle technologie qui annonce une vraie rupture technologique la construction automobile.

En théorie, le principe est simple : pour optimiser le fonctionnement d’un moteur à explosion, il suffit de faire varier le taux de compression dans la chambre de combustion, et donc de faire en sorte que le piston monte plus ou moins haut en fonction de l’utilisation du moteur.

Moteur MCE5

En pratique, il est extrêmement complexe de mettre au point un système capable de s’adapter ultrarapidement (de l’ordre du dixième de seconde…) pour faire fonctionner le moteur en permanence sur son rendement optimal.
Pire encore, imaginez les pièces nécessaires à rajouter dans un moteur, capables de supporter de très fortes contraintes mécaniques, et suffisamment économiques pour pouvoir répondre à une déclinaison industrielle.

Pourtant, il semble que MCE-5 soit en train de réussir son pari : un moteur turbo de 1.5 l de cylindrée serait en cours de tests. Il développerait 220cv…mais près de 360 Nm de couple à 1800 T/min ! Et la consommation, donc les émissions de CO2 seraient à l’avenant !
Plus fort encore, le surcout industriel à prévoir pour le constructeur, or développement d’une nouvelle gamme de moteurs bien sûr, serait négligeable…ce qui signifie acceptable pour un constructeur.

Donc, à suivre, et s’il s’avère que cette technologie est aussi magique que ce qu’elle promet, la révolution du match Diesel / Essence sera en marche.

Articles en rapport :

Un commentaire

  • 1
    Unapiedra
    septembre 12, 2009 - 1:50 | Permalien

    « HorS développement d’une nouvelle gamme de moteurs bien sûr »… je suppose.
    Quelque petits développements sur la façon dont cette pièce opère auraient été les bienvenus; pas évident à priori; ne soulage t’on qu’un piston sur deux?
    « …le surcout industriel à prévoir pour le constructeur, hors développement d’une nouvelle gamme de moteurs bien sûr, serait négligeable (?!)…ce qui signifie acceptable pour un constructeur »… J’ai des doutes, car la pièce étant située au coeur même du moteur, je vois mal comment cela serait si facile à appliquer!
    Pour finir, je ne vois rien de magique là dedans…