Un Cayenne Diesel, l’horreur est arrivée…

Ahh, cette crise, elle a bon dos tout de même. Sous prétexte de sauver son Cayenne d’une chute des ventes, qui serait donc causée par la baisse du pouvoir d’achat, la chasse aux véhicules polluants, et même une certaine propension des personnes aisées à moins montrer leur richesses, Porsche sort donc un Cayenne Diesel dès le début 2009.

Cette version est (sous) motorisée par le V6 TDI d’origine Volkwagen, qui développe 240 CV et un couple respectable de 550 Nm. Ce bloc était facile à implanter, vu que le Cayenne partage sa plateforme avec le Touareg. Maintenant, à part le look et le badge, peu de différences entre les deux véhicules. Faut-il y voir une conséquence du rachat de Volkswagen par Porsche ? En réalité plutôt la volonté d’échapper au super malus en France (le Cayenne « TDI » annonce 244 G de CO2 pour 100 Km…) et de profiter d’un nouvel engouement aux US pour le diesel.

Dans tous les cas, les arguments de Porsche sont irrecevables ! D’abord, le luxe subit peu la crise…et le Cayenne continue de s’écouler très convenablement (environ 40 000 unités par an tout de même…). Ensuite, ce n’est pas pour économiser un peu sur le prix du carburant que nos amis américains vont se ruer sur les moteurs diesel, surtout avec un simple V6 de 240 Cv. Cette motorisation est d’ailleurs le dernier argument de choc : ce bloc est très agréable sur une A4 ou A5, et s’en tire bien dans une Audi. Mais une Porsche mérite sans nul doute une noblesse mécanique supérieure.

porsche-cayenne-diesel-2009-11

Finalement, le problème ne vient pas forcément du diesel, mais des moteurs V6 dans leur ensemble : la version essence de 290 Cv bien que remusclée (elle faisait 250 Cv il y a peu…) reste un peu courte pour le Cayenne, et le diesel malgré le couple ne remplacera jamais les V8 des versions S.

Ce Cayenne est plus qu’une descente de gamme (enfin, si on veut, vu qu’il est 6 000€ plus cher que l’essence, à 57 K€…), c’est le début de la fin. Quid des versions hybrides qui devaient éviter l’infamie dieseliste au constructeur ? Quid des beaux discours sur les zones rouges à plus de 6 000 T/Min ?

Porsche va probablement gagner, encore, beaucoup d’argent avec ce modèle, mais va perdre une partie de son âme et de son image. D’ailleurs, vous pouvez chercher, sur le Cayenne, rien n’indique que c’est un diesel : Porsche n’est pas fier de sa dernière auto.

Articles en rapport :

2 Commentaires

  • 1
    mucca
    décembre 30, 2008 - 5:28 | Permalien

    Il reste le nuage noir de l’échappement, le bruit atroce et le compte-tour s’arrêtant à 4500 t/min pour l’identifier…
    Oui, Porsche a bien sali son image…

  • 2
    décembre 31, 2008 - 12:46 | Permalien

    Clair que ce choix est plutôt étonnant, personnellement j’attends de voir le modèle hybride…